Les principales voitures de collection TVR

Un peu d'histoire

Le premier modèle de Wilkinson Trevor (dont le nom servit pour la marque) et Williams Bernard fut d’abord vendu exclusivement à l’étranger. La raison en était que les essais, qui se déroulèrent entre 1956 et la mise en production en 1957, ne furent pas effectués en Angleterre mais en Amérique, où les prototypes furent testés en circuit sous le nom de Jomar.  

Les premières TVR furent cédées en kit, car la fabrication, à la suite de difficultés financières, tardait à démarrer. Pour les mêmes raisons, une nouvelle société fut fondée à la fin de 1957. La production put enfin débuter en janvier 1958. Le moteur était soit un Ford latéral de 1171 cm3, soit un Coventry Climax de 1098 cm3. Le Ford pouvait être complété d’un compresseur Shorrock, ce qui faisait grimper la puissance à 54 chevaux et la vitesse maximale à 172 km/h. Les versions à moteur Climax étaient un peu plus rapides et atteignaient 200 km/h. Il existait un coupé, qui portait l’appellation TVR Grantura. La première série, Mkl fut suivie en 1959 d’une variante à carrosserie modifiée, la Mkll. Entre-temps le Ford 100 suralimenté avait été remplacé par le nouveau 105E Anglia de 997 cm3. En option, le client pouvait disposer du Coventry Climax FWE de 1216 cm3 ou de MGA de 1489 cm3. Au début des années 1960 vinrent s’ajouter le Ford Classic de 1340 cm3 et la MGA de 1612 cm3. Au Salon de New York de 1962 fut présentée la MkIll, avec une nouvelle suspension empruntée à la Triumph Herald. L’accueil fut bon, mais les coûts suscités par un tel programme causèrent de sérieuses difficultés financières, si bien que TVR dut céder la production de ses modèles à la Grantura Engineering nouvellement formée. Cette société débuta avec une version de la MkIll à moteur MGAB de 1800 cm3. Dès l’année suivante la raison sociale fut à nouveau transformée et passa de Grantura Engineering à TVR Cars Ltd. Un tournant s’amorça dans l’histoire de TVR lorsqu’un client américain, qui n’avait pas réussi à se procurer un moteur MGB, chargea son concessionnaire, White Griffith Motors, de lui monter un V8 Ford de 4727 cm3. Ce fut le point de départ d’une nouvelle série, la TVR Griffith 200 de 1964, qui fut suivie en 1965 de la série 400. En 1965 également, peu après le lancement de la Trident conçue par Fiore, TVR Cars Ltd fut dissout. La production du dernier modèle fut assurée en responsabilité par Trident. Car jusque l’an 1974, parallèlement à cela d’autres TVR furent fabriquées par TVR Engineering, une société menée par Arthur Lilley et son fils Martin, et qui avait repris TVR Cars Ltd à la fin de 1965. Au milieu de l’année suivante fut présentée la MkIV à moteur avant, qui avait été améliorée sur bien des points.

En 1966 TVR fit une nouvelle tentative avec un modèle conçu par Fiore, qui devait être commercialisé sous l’appellation Tina et dont les bases techniques provenaient de la Hillman Imp. Ce fut un échec. En 1967, la MkIV fut remplacée par la Vixen 1600, à laquelle s’ajouta l’année suivante la Vixen S2, une version à empattement long. Pour le marché américain fut réalisé un modèle spécial correspondant aux normes américaines, la S3. La même année fut également présentée la Tuscan à moteur V8. Le moteur V8 de la Tuscan de 1969 fut remplacé par un V6 Ford de 3 litres. En 1971 fut mis au point un nouveau châssis adapté aussi bien au moteur Triumph de 1300 cm3 (le même moteur que celui de la Spitfire) qu’au six- cylindres de 2,5 litres. Pour satisfaire la demande croissante de carrosseries plus modernes, TVR dut présenter en 1972 les modèles 1600M, 2500M et 3000M. En 1975 le sort s’acharna sur l’entreprise. Un incendie détruisit tout le stock de tubes préparés pour les châssis de l’année. TVR mobilisa toute son énergie et put relancer la production trois mois plus tard. Au milieu de l’année fut commercialisée la Turbo, un modèle à moteur V6 Ford suralimenté et capable de vitesses supérieures à 240 km/h. Un an plus tard, la gamme s’enrichit de la Taimar, une version avec un hayon. Le dessin des TVR était sans aucun doute original, mais le poids des ans se faisait néanmoins sentir. C’est pourquoi il y eut en 1980 des modèles aux formes plus cassées, le coupé et le cabriolet Tasmin. La nouvelle ligne plut, aussi influenca-t-elle les modèles conçus au milieu des 1980 comme la 280i à moteur V6 Ford ou les deux cabriolets 350i et 390SE à moteur V8. 

TVR 3000 M

TVR MK1 Grantura

La carrosserie de ce modèle, réalisée en fibre de verre, doit son dessin à la Plastics Company, qui était dirigée par William Grantura, un ancien pilote de course. Au début, c’est-à-dire en 1957, la voiture fut vendue en kit. Il fallut attendre 1958 pour pouvoir acheter un véhicule tout monté. Deux moteurs étaient disponibles, un Ford latéral de 1172 cm3 et le Coventry Climax série FWS de 1098 cm3 à ACT. Même avec la mécanique la plus lourde, à savoir le Ford complété d’un compresseur Shorrock (54 chevaux), la petite TRV ne pesait que 658 kg. Les bonnes performances étaient dues à ce rapport poids/puissance très favorable. Les premières TVR Mkl prirent part sous l’appellation Jomar à de nombreuses courses en Amérique, où elles prouvèrent toutes leurs qualités sportives. Il faut souligner toutefois que ce coupé n’avait d’intérêt que pour les inconditionnels de la compétition, car il offrait très peu de place et son confort était spartiate. La MkJ fut remplacée par la MklI, qui parut en 1959 et dont la carrosserie présentait un dessin plus moderne.

Inscrivez-vous
à la newsletter CForCar

[sibwp_form id=1]